Dark Matter

Public Commissions, 1% artistiques Centre Départemental d’Action Social, Brest, France.

Oil on raw canvas, Mineral wool.

42,49 x 17,59 m

 

2012 – 2013

 

 

video Patrice Paillard –  www.nuanceproduction.fr

music Vincent Paillard – www.vincentpaillard.com

 

Dark Matter is a public commission which replays the tradition of the decorated ceiling for a building unused to this type of wealth: the Social Action Departmental Centre of Brest. Composed of 217 tiles, the painting is disseminated on a single plan and occupies all the rooms of the first level of the building. This is the pictorial reproduction of two elements. The one is photographic, it is the Milky Way taken by Nick Risinger from the earth, the other is graphic, the Photoshop filter stained-glass that gives the picture its chopped appearance.

 

<(Fr.) Dark Matter est une commande publique qui rejoue la tradition du plafond ouvragé pour un bâtiment peu habitué à ce type de faste : le Centre Départemental d’Action Social de Brest. Composée de 217 dalles, la peinture se trouve diffusée sur un seul plan et occupe l’ensemble des pièces du premier niveau du bâtiment. C’est la reproduction picturale de deux éléments, l’un est photographique, il s’agit de la Voie Lactée prise par Nick Risinger depuis la terre, l’autre graphique, le filtre vitrail de Photoshop qui donne à l’image son aspect ciselé. Ce travail s’intéresse aux relations entre déambulation et standardisation dans l’architecture, avec une référence non dissimulée à la science fiction. Popularisé par les applications de partage de photographie (Instagram, tumblr, flickr…) et garant de la conformité d’un cliché à certains standards, le traitement d’images par l’utilisation de filtres est parodié ici avec l’un de ses plus vulgaires représentants, le filtre vitrail de Photoshop. Ce dernier joue, ton sur ton, avec la standardisation de l’architecture dont l’usage universel du faux plafond est symptomatique. C’est ainsi que s’opère un glissement, aidé par l’image de notre galaxie vers ces univers de la science-fiction, eux aussi hyper standardisés, lissés et protocolaires, pour donner par contraste la part belle à l’étrange, aux différences, à l’organique et aussi au fantasque bestiaire qui caractérisent cette culture. En prenant ses distances avec la normalisation de notre environnement matériel et humain mais aussi sans empathie et dans l’impossibilité de se substituer au travailleur social, Dark Matter offre une déambulation dans notre univers démesurément infini et se propose comme un recul disponible face aux vertiges que procurent souvent les problématiques sociales auxquelles sont confrontés les travailleurs et usagés du CDAS Brest St Marc.>

 

 

Dataviz

Raw canvas, Medium-density fibreboard, binder, 10 x 10 cm.

unlimited edition

 

2013

 

 

 

 

(exhibition view of Data Mining, L’Aparté, lieu d’art contemporain du Pays de Montfort, France)

 

DataViz is information design. The exhibition history of the gallery is transformed into viewable and usable data. The position of the blocks, traditionally used in public spaces to ban posters (see street furniture Brest), tell the curator and the artist the most popular places frequently used in the past. By exploiting geomarketing methods, DataViz optimizes creative hanging.

<(Fr.)Dataviz est du design d’information. L’historique des expositions de la galerie est transformé en données visualisables et exploitables. La position des plots, traditionnellement utilisés dans l’espace public pour proscrire l’affichage (cf. mobilier urbain de la ville de Brest), indique au commissaire d’exposition et à l’artiste les lieux les plus utilisés par le passé. En exploitant les méthodes de géomarketing, Dataviz permet de manière objective, d’optimiser la créativité des accrochages.>

 

Street furniture Brest, France (mobilier urbain de la ville de Brest, France).

 

 

(preparatory work for Data Mining )

 

 

Databroker

› www.databroker.fr ‹


Google pin : gold leaf, wood, GPS tag, 28 x 11 x 11 cm.

unlimited edition

 

2013


 

DataBroker is a private company that does business with addresses of art collectors. These receive dividends when their addresses are sold. It is through the sale of geotagged pins that collected addresses are certified. Putting himself in the shoes of a company who’s business is data processing, Jean-Benoit Lallemant proposes a reflection on this booming economy. In transposing this activity to the field of contemporary art, DataBroker extracts intelligence to help artists to be more competitive !

 

<(Fr.)Databroker est une entreprise privée qui fait commerce des adresses de collectionneurs d’art. Ces derniers touchent des dividendes lorsque leurs adresses sont vendues. C’est par la vente des punaises géolocalisées que les adresses collectées sont certifiées. Se mettant dans la peau d’une société qui fait du traitement des données son commerce, Jean-Benoit Lallemant propose une réflexion sur cette économie florissante. En transposant cette activité dans le champ de l’art contemporain, Databroker extrait des informations pour permettre aux artistes d’êtres plus compétitifs !>

 
 

Directory

With Kevin Lafaye, software designer.

Black ink print, paper 80g, 0,60 x 150 m, wood, ball bearing.

Pedestal : 90x120x70 cm.

 

2013

 

Public Collection – Fonds Départemental d’Art Contemporain d’Ille et Vilaine, Rennes, France.

 

 

(exhibition view of 58e Salon de Montrouge, Montrouge, France)

 

Directory present on a roll of 150 meters of paper the 1,777,216 possible combinations of a 4 x 6 pixels image, the only color are black and white. Presented in the form of an ancient scroll, this book, produced from an algorithm, begins with a white monochrome and then scans all matrices of images by combining pixel by pixel all the compositions end with an absolute black. Thus exhausting the visible, this work raises the question of the iconic production at a time when it’s devaluation has never been stronger. By the prediction of all possible images, this book dramatises the extent of the visual fields. Directory prophesises the death of images and stages the messianic side of algorithms.

 

<(Fr.)Directory présente sur un rouleau de 150 mètres de papier les 1 777 216 combinaisons possibles d’une image de 4 x 6 pixels avec pour seules couleurs le noir et le blanc. Présenté sous la forme antique d’un volumen, ce livre, produit à partir d’un algorithme, débute par un monochrome blanc puis balaie toutes les matrices d’images en combinant pixel par pixel la totalité des compositions pour se terminer par le noir absolu. En épuisant ainsi le visible cette oeuvre pose la question de la production iconique à l’heure où sa dévaluation n’a jamais été aussi forte. Par la prédiction de toutes les images possibles, cet ouvrage théâtralise l’étendue du champ visuel. Directory prophétise la mort des images et met en scène le caractère messianique des algorithmes.>

 

Above image : extract from the book,  the first ten centimeter,

→ 10cm out of 15000cm,

↓ 10cm out of 57cm.

Jean_Benoit_Lallemant_Directory_10_57_10_15000cm

 

Jean_Benoit_Lallemant_Detail_Directory_02

 

 

FABFEST

La Gaîté Lyrique

3 bis, rue Papin, Paris.

 

14 – 17 novembre 2013

Vernissage jeudi 14 novembre à 19h – Quartier du Sentier

Network

Network, 8×10 / 8×20, 55×55 cm, toile de lin brute, 2013.

Network, 4×10 / 20 ; 60, 40×80 cm, toile de lin brute, 2013.

Network, 1×10 ; 1×30 / 30, 30×70 cm, toile de lin brute, 2013.

 

 

 

 

 

Network are canvases linked together by their own thread.

The drawn lines reveal the relationship between the several elements.

 

<(Fr.)Network sont des toiles misent en réseaux par les fils qui les composent.

Les lignes dessinées révèlent les rapports de force entre les différentes entités.>

 

Trackpad

With David VandenbergheDnR’Sys, mechatronics engineer.
Sources : U.S. drone strikes in Pakistan, U.S. drone strikes in Yemen

 

Trackpad, US drone strikes, Yemen 2014, raw canvas, electronic device, 170 x 350 cm, 2015.

 

jean_benoit_lallemant_trackpad_US_drone_stykes_Yemen_2014,170x350cm

(exhibition view of Peinture d’histoire (History painting), Curator Jean-Marc Huitorel, Le Presbytère, Saint-Briac-sur-Mer, France.)

 

jean_benoit_lallemant_trackpad_US_drone_stykes_Yemen_2014,170x350cm_detail

 

 

Trackpad, US drone strikes, Wasiristan 2013, raw canvas, electronic device, 270 x 200 cm, 2014.

 

 

Trackpad,-US-drone-strike,-Wasiristan-2013,-raw-canvas,-electronic-device,-270-x-200-cm,-2013

 

 

Trackpad, US drone strikes, Wasiristan 2012, raw canvas, electronic device, 111 x 162 cm, 2013.

Trackpad, US drone strikes, Yemen 2012, raw canvas, electronic device, 65 x 92 cm, 2013.

 

 

(exhibition view of Abstraction Manifeste, Curator Keren Detton, Le Quartier, centre d’art contemporain de Quimper)

 

Trackpad is made of raw linen stretched on a frame. Behind the canvas a mechanism marks the impact points of a remote war : the distortion of the canvas shows U.S. drone strikes in Wasiristan and Yemen. At times of surgical war, history painting reviews its technique and mode of appearance: no more brush, no image remains on the surface, while behind an event happens fleeting and monstrous – which distorts the two-dimensionality of the picture – and leaves no trace. (Julie Portier).

 

<(Fr.)Trackpad, sont des toiles de lin brut tendues sur châssis, derrière lesquelles un mécanisme reporte les points d’impact d’une guerre télécommandée : la déformation ciblée de la toile figure les frappes aériennes des drones américains au Wasiristan et au Yemen. A l’aune de la guerre chirurgicale, la peinture d’histoire révise sa technique et son mode d’apparition : le pinceau s’y abstient, aucune image ne demeure à sa surface tandis que derrière elle se produit un événement fugace et monstrueux – qui dénature la bidimensionnalité du tableau – et ne laisse aucune trace. (Julie Portier).>

 

electronic-device

Electronic device for Trackpad, US drone strikes, Wasiristan 2013.

 

Le Silence

Jean-Benoit Lallemant – Camille Le Pennec

Performance

Video 16 min

 

 

View of the performance, Centre Pompidou, Hors Pistes 2013.

 

 

Le Silence is a re-interpretation of a sequence from the film The Silence (Swedish : Tystnaden)) by Ingmar Bergman (1963). Film images have been replaced by the first page of the website which referred the subtitles once transposed into Google.

 

<(Fr.) Le Silence est une ré-interprétation d’une séquence du film du même nom d’Ingmar Bergman (1963). Les images du film ont été remplacées par la première page du site à laquelle renvoie les sous-titres une fois transposés dans Google.>